Dans notre monde, beaucoup de créatures ne sont restées que des légendes… Mais il existe un endroit, une pension, où les résidents ne peuvent se prétendre normaux. En effet, leurs ancêtres se sont jadis mêlés aux yokai, et ils sont ceux qui, parmi ces familles descendantes qui ont prospéré avec le temps, ont reçu un gène spécial et sont devenus mi-humains, mi-démons. Mis en danger constant par la menace de leurs semblables au sang plus pur, ils se sont rassemblés dans cette pension protégée par une barrière magique, où ils tentent de vivre paisiblement.

Ririchiyo Shirakiin, qui est l’une d’entre eux, est une jeune fille au comportement contradictoire. Agressive, trop franche et souvent méchante, elle finit par regretter tous les mots qui sortent de sa bouche car elle est en réalité une personne fragile qui a dû se construire une carapace pour endurer la vie sans amour qu’elle a vécue jusque-là. Elle décide un jour de se rendre à cette pension, espérant changer. Elle ne s’attendait sûrement pas à tomber sur un jeune homme qui la supplie de lui laisser se mettre à son « service », ou de disposer de sa vie.

Commence alors une vie toujours plus troublante pour la demoiselle, qui saura nous amuser autant que nous toucher. Le manga nous ravit de par ses personnages à la fois stéréotypés et atypiques, ainsi que par ses dessins fins mais très présents. L’héroïne, loin d’être timorée et aussi faible qu’on pourrait le croire, pourra sans peine trouver la place dans votre cœur pour vous plaire, et vous rappellera un peu le personnage « Ciel » de Black Butler, dont le manga semble d’ailleurs ici dans la même veine, car il est difficile à catégoriser.

Nous laissant flotter dans le doute Shônen/Shôjo, la mangaka sait manier sa plume et ses personnages, et nous offre, avec ces deux premiers volumes, une histoire appelée à l’évolution et au succès.

Si vous avez aimé, lisez aussi : Black Butler chez Kana et Divine Nanami chez Delcourt.

par Anaïs – BD-World Waterloo